Sécurité de la zone Schengen et ETIAS

Sécurité de la zone Schengen
Récemment, la Commission européenne a proposé une mise à jour du code frontières Schengen. Compte tenu des menaces modernes en matière de sécurité et de sûreté, la Commission européenne envisage de prendre des mesures pour renforcer l’espace Schengen et assurer la préservation de ses frontières intérieures et extérieures.

L’espace Schengen
L’espace Schengen est un ensemble de pays européens qui permettent la libre circulation et le déplacement entre leurs frontières. Une fois que les citoyens de l’UE et certains citoyens non membres de l’UE se trouvent dans cette zone, ils peuvent voyager sans contrôles aux frontières ni visas. Certains n’ont peut-être même pas besoin d’un passeport une fois qu’ils sont entrés dans cette zone. Il y a certains pays dont les citoyens exigent un visa Schengen, également appelé Visa européen. De même, les individus peuvent également avoir besoin d’un visa Schengen spécifique s’ils étudient ou travaillent pendant une période prolongée dans l’un de ces pays. Si les mises à niveau proposées sont mises en œuvre, la libre circulation à l’intérieur de ces frontières pourrait ne plus être aussi facile qu’aujourd’hui.

Amélioration du code frontières Schengen
Les mises à jour proposées du code frontières Schengen comprennent des informations sur le rétablissement temporaire des contrôles aux frontières intérieures à la lumière des menaces à la sécurité. Les propositions comprennent l’augmentation du temps que les contrôles aux frontières seront en vigueur. Ceux-ci pourraient durer jusqu’à trois ans sous la mise à niveau. Néanmoins, la Commission espère n’utiliser les contrôles aux frontières intérieures qu’en dernier recours pour garantir la libre circulation. Bien que le code frontières Schengen ait réussi à faire face à diverses menaces depuis sa création, de nouvelles menaces sont apparues. Par exemple, les menaces terroristes qui affectent plusieurs pays sont devenues plus fréquentes. En outre, le mouvement des migrants irréguliers d’un pays à l’autre constitue une menace pour la sécurité des frontières et les politiques publiques. En conséquence, les informations sur la façon de traiter cela doivent être traitées dans les mises à jour du code.

Imposer des contrôles frontaliers
Si la proposition visant à autoriser le contrôle temporaire des frontières entre en vigueur, les États membres de l’espace Schengen devront accepter certaines conditions. Une fois que les changements ont pris effet, si un État Schengen décide qu’il est nécessaire de réintroduire des contrôles aux frontières pendant une menace sérieuse, il doit en informer les États membres voisins. En outre, si un contrôle interne des frontières dépasse une période de six mois, le pays qui l’impose devra en expliquer la raison et prouver l’efficacité du contrôle. Considérant que ces contrôles pourraient durer jusqu’à trois ans, le raisonnement devrait répondre à certains critères. Dans tous les cas, des efforts doivent être faits pour s’assurer que le mouvement est toujours efficace et que le contrôle des frontières est utilisé en dernier recours. Si le contrôle des frontières est mis en œuvre par un pays, cela pourrait signifier qu’un visa européen est requis par les voyageurs pour entrer, comme mentionné ci-dessus.

Autres systèmes de sécurité de l’UE
En proposant ces mises à niveau, des améliorations à d’autres systèmes créés par la Commission européenne sont également impliquées. L’un d’eux est le système d’information Schengen (SIS). Le SIS est un système d’information de sécurité utilisé pour protéger les frontières extérieures de l’espace Schengen en permettant aux autorités de vérifier toute alerte de sécurité concernant des personnes disparues ou recherchées. Il informe également les membres de l’autorité sur les procédures si ces personnes sont trouvées. Concernant les propositions d’amélioration du code frontières Schengen, la Commission a également proposé la mise à niveau du SIS. Les autres systèmes de sécurité sont le système d’entrée / sortie (EES) et le système européen d’information et d’autorisation de voyage (ETIAS).

ETIAS DE L’UE
L’ETIAS de l’UE présente un intérêt particulier pour les citoyens de l’UE et les pays tiers car il pourrait avoir des implications sur les voyages. Le but d’ETIAS est d’obtenir des informations sur les voyageurs sans visa avant leur arrivée dans l’UE. Les particuliers remplissent une demande ETIAS en ligne avant de partir. Cela avertira l’UE des éventuelles menaces de sécurité. Si la demande ETIAS est acceptée, les voyageurs pourront entrer et voyager dans d’autres pays avec seulement leur passeport. Comme le visa Schengen, il y a certains pays dont les citoyens ont besoin de documents supplémentaires. Une fois mise en œuvre, l’UE espère que l’ETIAS contribuera à leur sécurité globale.

Autres nouvelles récentes de l’UE et de l’ETIAS
Tous les systèmes discutés ci-dessus travaillent ensemble dans l’espoir de créer une Union européenne plus sûre. Récemment, deux autres agences de l’UE ont signé un accord pour partager encore plus d’informations à des fins de sécurité. Eurojust et l’eu-LISA ont signé un protocole d’accord stipulant qu’ils coopéreront entre eux dans l’échange d’informations et d’expertise en matière de sécurité. L’objectif d’Eurojust est d’encourager et de simplifier la coopération et la coordination entre les États membres de l’UE en matière d’enquêtes et de poursuites transfrontalières. Eu-LISA néglige les différents systèmes de sécurité informatique au sein de l’UE, y compris le SIS. Cette agence sera également responsable de la mise en œuvre et du fonctionnement de l’ETIAS chaque fois qu’il intervient. Les plans pour ETIAS pour être fonctionnel sont toujours en cours, mais plus de nouvelles ETIAS viendront certainement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *